Monday, June 27, 2011

Journalism in Haiti: A few thoughts

I thought long and hard about whether or not to post the words you are about to read.

As I know how hard it is to be a journalist working in some of the harsher corners of the world - and that if you are doing your job well you inevitably piss off somebody - I generally try hold my commentary on other reporters' work to a minimum unless it is in cases of egregious factual errors or conflicts of interest. There will always be those willing to chatter from the sidelines at the work of reporters good, bad and mediocre, and I feel that, in general, with all the serious issues confronting the countries I myself work on, I would have relatively little to add to the cacophony.

Perhaps it is because I have spent so much time outside of mediacentric cities like New York, Los Angeles and San Francisco over the last decade, but I have, in general, never been much moved by the "and I alone escaped to tell thee" confessional pieces of journalists who fly into a desperate place for a few days (or weeks) and then immediately begin reminiscing about how rough the assignment was in print, on tv, etc. I've always felt that, if one can't take it, then one should just get another kind of job. We reporters are rarely the story, though I know such narratives are increasingly fashionable.

Perhaps that will explain my reaction to this story, "I’m Gonna Need You to Fight Me On This: How Violent Sex Helped Ease My PTSD," on the GOOD media website. Written by Mother Jones human rights reporter Mac McClelland, the article, as I read it, uses the mass rape of women in Haiti (and later in the Democratic Republic of Congo) as the background for a foreign reporter's journey of self-discovery. I can't speak to the author's motivations, but of the many articles on Haiti I have read over the years that have made me want to throw things, I don't think that I have ever read something that has viscerally struck me as more narcissistic as a piece of writing about this country I dearly love and have been visiting and reporting on for the last 15 years.

By no means do I want to make light of the journalist's trauma, or even less that of those she describes interviewing. Everybody experiences anguish and suffering in different ways. There may be much about the reporter's experiences there that I don't know but from the article itself, though it sounds as if, a rather disturbing and atypical (for Haiti) incident with a driver aside, nothing at all out of the ordinary happened. Haiti can be a rough place and journalists wanting to work there need to be prepared for that. Reading the article, though, I could not help but ask myself, as a foreign journalist who also works in Haiti, some questions.

With a million people still homeless in Haiti after the January 2010 earthquake, with a once-proud system of rural agriculture now on life-support due in no small part to the policies imposed on Haiti by the international community, with women and girls disenfranchised and and with the country's politicians seemingly poised to enter yet another period of poisonous deadlock, is this the best we foreign journalists can do? Is this the future of journalism? Where the suffering and struggle for survival of the majority of the world's population merely provides a backdrop for navel-gazing to even further promote was has already become our incredibly inward-looking, self-referential culture?

I am afraid it may be. On one hand it is good that the author does not pretend - as so many do - to be an authority on a country that she knows little about, but on the other hand, given all this space, isn't there SOMETHING happening in Haiti that deserves notice beyond the experiences and reactions of we foreigners (or, narrower still, we journalists) when covering the place?

Any foreigner who knows a little bit about Haiti will confess freely how much they realize they still don't know about this quite complex country. You learn things about it slowly and through trial and error in places like the desperate bidonville of Cité Soleil, in the moisture-dappled hills of Furcy and Fermathe, along its meandering coasts and amidst its inscrutable mountains.

But there are some things Haiti is definitely not. It is definitely not a therapist for we, the privileged outsiders entrusted with telling its stories. If all we can write about when faced with all of this suffering, resistance and resilience is ourselves, then we might as well stay home.

Their suffering is their suffering. Not ours. Give them at least that.

Thursday, June 23, 2011

Message to the Nation of President Martelly

Message to the Nation of President Martelly

Haitian people,

As required in the constitution of the country, I had chosen Pierre Daniel Gérard Rouzier as Prime Minister. As you heard the news, the Chamber of Deputies with the power of the Constitution, took the decision to put aside [my choice]. Many people were surprised to see what reasons they gave for not voting for him. I regret the decision that the Deputies took, it's a decision that prevented the country to have the services of an honest citizen, who wanted to work for the people, for his country and which is right in his life. This decision slowed all the possibilities that allow to change my promises into realities. Now I am forced to see what happened and I have to sit down again to discuss with the President of the Senate and the Chamber of Deputies to choose a new prime minister. I must tell you, we do not know how long, the Parliament will take, before ratifying another Prime Minister [...] Meanwhile, I can not accept that the battle against cholera stops, that the battle against garbage in the street stops, the battle to put the country back on track stops, that the battle against the problems of people under tents stops that my free school program for children stops, because my government can not be installed, to start working for the people.

It is necessary right now, that I take some decisions and I'll take them. I convene the outgoing Prime Minister, Jean Max Bellerive, to look at the ways that exist to enable the Government and the offices of the state to function as they should, to begin to provide solutions to solve the problems of the population. It's time for my vision and my program starts to spread, it's time, that the country is unlocked.

I continue to believe that the Parliament will do what it must do to solve the problems of the Haitian people the way it should. I take this opportunity to compliment all the people, for this beautiful exercise of democracy, when you decided not to take the street and you let the parliamentarians work in peace. Similarly, I hope that the parliamentarians will be aware that the country can no longer wait and that the people are tired and in pain. Once again, I repeat, Haiti must come before any personal interests. I am asking to the Haitian people that suffers, that awaits, which has the hope in a better life, to continue to have confidence. Change will happen and Haiti will change anyway.

Tet Kalé

Mobilisation paysanne contre l’accaparement des terres agricoles

Mobilisation paysanne contre l’accaparement des terres agricoles

mercredi 22 juin 2011

Par Sylvestre Fils Dorcilus

(Read original article here)

Hinche (Haïti), 22 juin 2011 [AlterPresse] --- Des milliers de paysannes et paysans ont marché pendant plusieurs heures, le mardi 21 juin 2011, dans plusieurs rues de la ville de Hinche (chef-lieu du département géographique du Plateau central, à plus d’une centaine de kilomètres au nord-est de la capitale), a observé l’agence en ligne AlterPresse.

« L’accaparement des terres du pays, un danger pour la souveraineté agricole » : tel a été le thème retenu par les organisateurs de la marche, déroulée pacifiquement sous la protection d’une patrouille de l’unité départementale pour le maintien d’ordre (Udmo) de la police nationale d’Haïti (Pnh).

Cette initiative de plusieurs regroupements et plateformes d’organisations sociales, dont des organisations de femmes et de défense de droits humains, avait, entre autres objectifs, de promouvoir la biodiversité agricole en défendant les semences locales.

« Il faut que les autorités gouvernementales du pays puissent enfin assumer leurs responsabilités face à la dégradation notre agriculture. Il faut qu’il y ait une vraie politique agricole », ont scandé les manifestantes et manifestants.

A travers cette mobilisation, les organisateurs de la manifestation entendaient plaider en faveur de dispositions institutionnelles susceptibles d’assurer la souveraineté alimentaire, la réfection de l’environnement et la construction d’une nouvelle Haïti par une exploitation harmonieuse des terres agricoles dans le pays.

« Nous sommes tous des paysans de plusieurs départements géographiques du pays, qui sont venus participer à cette marche pour dénoncer la politique agricole du gouvernement haïtien », a indiqué le porte-parole du Mouvement des paysans de Papaye (Mpp), Chavannes Jean-Baptiste.

Les manifestantes et manifestants paysans portaient, pour la plupart, des chapeaux en paille et étaient vêtus de maillots de couleur rouge, sur lesquels étaient inscrits : « vive l’agriculture haïtienne ; vivent les semences locales ; vive la nourriture de chez nous, etc. »

Exprimant leur indignation face au mode de gestion agricole du pays, mis en place par les autorités centrales qu’ils qualifient d’« irresponsable », les milliers de manifestants, en grande partie des agricultrices et agriculteurs, ont plaidé pour l’implantation d’une politique agricole adaptée à la réalité haïtienne.

« Il faut une politique agricole adaptée à la réalité de notre pays. Il faut que les dirigeants cessent d’importer les denrées agricoles ainsi que les semences étrangères dans le pays », exigent-ils, en criant haro sur les semences et produits importés.

Le processus d’invasion des terres nationales, par des investisseurs privés partout dans le pays, constitue une menace pour les populations locales, privées de leurs moyens de vie et de subsistance, a témoigné Camille Chalmers, de la plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda), présent à la mobilisation du 21 juin 2011.

Comme d’autres manifestants, Chalmers s’est prononcé pour une politique agricole cohérente, reflétant les réalités nationales, en vue, dit-il, de garantir la souveraineté agricole et l’indépendance du pays.

« En déstructurant les économies locales, l’afflux sur le marché local de denrées agricoles, produites dans les pays du Nord de manière intensive avec d’énormes moyens mécaniques, ruine l’agriculture vivrière respectueuse des êtres humains », a déploré Jean-Robert, agriculteur, résident à Papaye, section communale à environ une dizaine de kilomètres à l’est de Hinche.

Plusieurs milliers de fermes agricoles disparaissent chaque année dans le pays. Si cette tendance se perpétue, il n’y aura, bientôt, plus de paysans dans nos campagnes, ont souligné les agricultrices et agriculteurs ayant soutenu la mobilisation du 21 juin.

De plus, l’agriculture paysanne est progressivement remplacée par une agriculture industrialisée.

« Chaque jour, nous voyons des voisins abandonner le travail agricole, faute de revenus décents. De jeunes paysans, désireux de pratiquer l’agriculture, se retrouvent très souvent découragés par le manque de perspectives économiques, le prix prohibitif des terres et une situation de campagnes vidées de leurs agricultrices et agriculteurs », a fait remarquer Jérôme, planteur depuis 25 ans.

« Nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de futur viable pour nos sociétés, sans paysans vivant dignement de leur production. Par cette initiative, nous lançons donc un signal d’alarme et appelons au regroupement des forces pour sauver l’agriculture paysanne dans le pays », souhaite Chavannes Jean-Baptiste.

Il faut une réforme en profondeur dans la politique agricole en Haïti. D’autres politiques agricoles et alimentaires, plus légitimes, plus justes, plus solidaires et plus durables, sont nécessaires dans le pays pour répondre aux enjeux de souveraineté alimentaire, ont fait valoir plusieurs agricultrices et agriculteurs ayant pris part à la mobilisation du 21 juin 2011.

Mise en branle à Papaye aux environs de 10:30 am locales (15:30 gmt), la marche a pris fin sur la place Charlemagne Péralte de Hinche vers 1:00 pm (18:00 gmt), avec notamment une distribution symbolique de semences agricoles locales, de plantules fruitières et forestières aux agriculteurs en signe d’encouragement à la production nationale. [sfd rc 22/06/2011 17:40]

Sunday, June 19, 2011

Haïtel's Franck Ciné arrested, then released, in connection with Guiteau Toussaint slaying

Libération du PDG de la Haïtel, Franck Ciné

Placé en garde à vue pendant 48 heures suite à l’assassinat du numéro un de la BNC, Guiteau Toussaint, l’ex-actionnaire majoritaire de l’ancienne SOCABANK bénéficie d’un "élargissement", selon son avocat, Wilson Estimé, qui qualifie d’illégale la décision que le parquet de Port-au-Prince avait prise à l’encontre de son client ; messe de funérailles en mémoire du disparu et fermeture des banques mercredi prochain

Publié le samedi 18 juin 2011

Radio Kiskeya

(Read the original article here)

Le PDG de la compagnie de téléphonie mobile Haïtel, Franck Ciné, a été libéré samedi après-midi deux jours après son arrestation dans le cadre de l’enquête criminelle ouverte par le parquet de Port-au-Prince sur l’assassinat, il y a une semaine, du patron de la Banque Nationale de crédit, Guiteau Toussaint.

"Le commissaire du gouvernement, Me Harrycidas Auguste, a ordonné l’élargissement de M. Ciné vu qu’il avait été retenu illégalement", a indiqué à Radio Kiskeya un de ses avocats, Wilson Estimé.

Agé de 77 ans, l’homme d’affaires, ancien actionnaire majoritaire de la Société Caribéenne de Banque (SOCABANK) déclarée en faillite et reprise en 2006 par la BNC, avait déjà fait la prison de 2007 à 2009 pour sa responsabilité présumée dans une faillite fraduleuse évaluée à 40 millions de dollars.

Me Estimé a fait savoir que son client se trouvait globalement en bonne santé après avoir connu quelques difficultés respiratoires au cours de sa garde à vue de 48 heures.

Il affirme haut et fort que Franck Ciné entend rester en Haïti afin de pouvoir répondre à n’importe quelle sollicitation des autorités judiciaires.

Lors de son interrogatoire jeudi au parquet, il avait bénéficié de l’assistance de deux des avocats les plus chevronnés du barreau de Port-au-Prince, Mes Pierre C. Labissière et Gérard Gourgue.

Depuis la disparition brutale de Guiteau Toussaint et l’onde de choc qu’elle a provoquée dans différents milieux, une dizaine de mandats d’amener ont été émis et plusieurs suspects interpellés.

Le banquier émérite de 57 ans avait été abattu d’une balle au visage par des inconnus ayant pénétré par effraction dimanche dernier (12juin) dans sa résidence à Vivy Mitchel, un quartier résidentiel situé sur la route de Frères (Pétion-Ville, banlieue est de la capitale).

Une cérémonie du souvenir se tiendra mardi soir à l’initiative de la famille du disparu et de la Banque nationale de crédit, l’une des plus importantes du système bancaire haïtien.

Le lendemain mercredi, une messe de funérailles sera chantée dans la matinée à l’église St-Pierre de Pétion-Ville. Le corps devrait être inhumé aux Etats-Unis où réside la famille de M. Toussaint.

En vue d’honorer sa mémoire et de protester contre son assassinat, l’Association professionnelle des banques (APB) a annoncé que toutes les succursales des banques commerciales, d’épargne et de logement resteront fermées durant toute la journée de mercredi, à travers le pays. spp/Radio Kiskeya

Wednesday, June 15, 2011

Arrestation de l’activiste Lavalas Yvon Antoine alias "Yvon ZapZap"


Arrestation de l’activiste Lavalas Yvon Antoine alias "Yvon ZapZap"

Aucune précision pour l’instant sur un éventuel lien entre l’ordre du parquet de Port-au-Prince de le placer en garde à vue et l’assassinat du banquier Guyto Toussaint ; le chef de cabinet du Président Martelly, Thierry Mayard Paul, annonce la mise aux arrêts de "trois activistes politiques" qui seraient impliqués dans ce crime révoltant

mardi 14 juin 2011

(Read the original article here)

La police a procédé mardi à l’arrestation de l’activiste politique Lavalas Yvon Antoine dit "Yvon ZapZap" dans le cadre de l’exécution d’un mandat émis contre lui par le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Harrycidas Auguste, a appris Radio Kiskeya de sources proches du parquet.

Appréhendé à la rue Dehoux, au quartier-général de Fashion Maté, une bande à pied traditionnelle du carnaval de Port-au-Prince, l’intéressé est accusé d’association de malfaiteurs et de trouble à l’ordre public.

Il se trouvait mardi soir au commissariat de la capitale où il a été placé en garde à vue.

Le mandat décerné contre Yvon ZapZap l’a été lundi, au lendemain de l’assassinat unanimement réprouvé du président du conseil d’administration de la Banque nationale de crédit (BNC), Guyto Toussaint, abattu dimanche soir à son domicile.

Cependant, il n’était pas possible de savoir si l’arrestation du militant Lavalas avait un lien quelconque avec ce meurtre.

Intervenant mardi matin sur Radio Métropole (une station privée de Port-au-Prince), Me Thierry Mayard Paul, chef du cabinet particulier du Président Michel Martelly, a annoncé que l’enquête criminelle en cours a déjà entraîné l’arrestation de "trois activistes politiques".

L’avocat s’est gardé de révéler l’identité de ces individus ainsi que leur appartenance politique.

En décembre dernier, en pleine contestation violente des résultats préliminaires du premier tour des présidentielles du 28 novembre, le très remuant Yvon ZapZap avait rejeté les accusations faisant état de son implication dans un incident armé au Champ de Mars (centre de la capitale) entre des partisans présumés de la plateforme INITE et de Michel Martelly, alors candidat.

Trois personnes avait été blessées par balle dont deux grièvement.

Le même activiste, proche de Fanmi Lavalas, le parti de Jean-Bertrand Aristide, avait été emprisonné pendant de longs mois sous le gouvernement de transition Alexandre/Latortue (2004-2006) pour son rôle actif dans "l’Opération Bagdad", une funeste insurrection armée qui avait considérablement secoué Port-au-Prince à la chute, en février 2004, de M. Aristide.

A noter qu’Yvon ZapZap était de ceux qui s’étaient mobilisés lors du retour d’exil, à la mi-mars, de l’ancien Président Lavalas resté très discret après sept années passées en Afrique du Sud. spp/Radio Kiskeya

Monday, June 13, 2011

Assassinat de Guiteau Toussaint, président du conseil d'administration de la BNC


12 Juin 2011

Assassinat de Guiteau Toussaint, président du conseil d'administration de la BNC

Le Nouvelliste

(Read the original article here)

Le décès de Guiteau Toussaint, 56 ans, président du conseil d'administration de la Banque Nationale de Crédit, a été constaté ce dimanche 12 juin 2011 à l'hôpital de la Communauté Haïtienne où il avait été transporté suite à des blessures par balles reçues en sa résidence à Vivy Mitchel (Frères), a appris Le Nouvelliste de sources policières.

Selon les premiers éléments disponibles, des individus armés non identifiés se sont introduits dans son domicile, ont maîtrisé le personnel de maison et ont abattu d'une balle à la tête le banquier.

Le décès de Monsieur Toussaint a été constaté à l'hôpital de la Communauté haïtienne de Frères.
Ces dernières années M. Guiteau Toussaint avait conduit avec brio le sauvetage de la BNC une banque propriété de l'Etat haïtien aux bords de la faillite quand il en prit le contrôle en mars 1999.

Triste de fin pour celui qui a servi la fonction publique et son pays pendant trente-sept ans dont douze à la direction de la BNC. Pendant plusieurs années il a occupé le poste de Vice-Président de l'Association Professionnelle des Banques (APB). En avril 2011, le Group Croissance l'avait honoré pour son travail au sein de la corporation.

Diplômé en Gestion à l'Institut National d'Administration, de Gestion et des Hautes Etudes
Internationales (INAGHEI), ancien professeur d'Université, avant de se retrouver à la tête de la BNC, Guiteau Toussaint a travaillé au ministère de l'Economie et des Finances où il était directeur général et également dans d'autres institutions financières. Il a été directeur financier de l'Institut de Développement Agricole et Industriel (IDAI) devenu par la suite, Banque Nationale de Développement Agricole et Industriel (BNDAI).

En dépit de tout, c'est son parcours exemplaire avec la Banque Nationale de Crédit qui restera comme la réalisation majeure de sa vie professionelle.

Guiteau Toussaint est arrivé à la BNC en 1999, plus précisément au mois de mars 1999 avec une mission claire, nette et précise : Celle de restructurer cette institution. D'ailleurs le comité qu'il préside s'appelle le Comité provisoire de contrôle et de restructuration de la BNC. Ce qui constituait un détour dans la vie de la BNC vu qu'avant, c'était toujours un conseil d'administration qui dirigeait cette institution.

D'où vient l'idée de ce comité de restructuration qui était le deuxième du genre ? Cela venait du fait que la BNC a connu, comme toute institution, des moments difficiles dans son existence. Entre 1991 et 1995, d'autres banques commerciales privées sont arrivées sur le marché avec des ressources humaines beaucoup plus dynamiques et beaucoup plus orientées clients que la BNC. Cette dernière jouissait jusqu'alors d'une situation de quasi-monopole avec la Banque Royale du
Canada et la Banque de l'Union haïtienne sur le marché local.

Incapable de se battre, pendant les années 90, la BNC perdit rapidement d'importantes parts de marché et fut déclassée. De la première place parmi les banques de la place, elle passa à la sixième position. A côté du fait qu'elle perdit des parts de marché, les fonds propres de la banque fondirent également avec les déficits enregistrés au sein de l'institution.

A ce moment, deux options s'offraient aux responsables : privatiser (moderniser) la banque ou la restructurer. Une première expérience, conduite par la Banque de la République d'Haïti, ne donna pas les résultats escomptés. Alors l'Etat haïtien pris la décision de donner une deuxième chance à la BNC afin de voir comment on peut sauver ce patrimoine national.

C'est dans ce contexte que le Directeur général du ministère de l'Economie et des Finances d'alors, Guiteau Toussaint arrive à la banque avec la mission d'analyser les possibilités de la restructurer. L'autorité de nomination lui accorde trois mois pour donner une idée claire sur cette affaire à savoir si la BNC pouvait être sauvée ou s'il fallait la laisser périr.

« Moi et mon équipe nous avions compris qu'il s'agissait d'un défi et nous avions pris le taureau par les cornes et montré que le miracle était possible moyennant une restructuration dans ses modes d'opération, ses ressources humaines, sa capitalisation », expliqua Toussaint lors d'une interview accordée au Nouvelliste en 2009.

« Ainsi nous avions fait notre rapport à l'autorité de tutelle, le ministère de l'Economie et des Finances et au Chef de l'Etat pour leur dire que l'institution pouvait être sauvée moyennant certaines conditions bien précises. Nous avions fait le travail de restructuration qui a duré deux ans, deux ans et demi. »

La Banque Nationale de Crédit pu être sauvée et est devenue dix ans plus tard un fleuron dans le patrimoine de l'Etat haïtien avec un actif total de plus de 18 milliards de gourdes, des fonds propres de 1.4 milliard de gourdes, des dépôts totaux de 15 milliards alors qu'en 1999 l'actif total de la banque était de 1.8 milliard de gourdes. Pendant cette période, l'actif a pu être multiplié par 10, ainsi que les dépôts, les prêts et les fonds propres.

Gage de la bonne santé de la BNC, l'Etat, son actionnaire, et la Banque de la République d'Haïti, l'autorité de contrôle du secteur, lui permirent de mener une opération majeure et inédite dans l'histoire bancaire en Haïti : une banque publique a pu faire acquisition d'une banque commerciale qui était en difficulté.

« Cela a été une transaction pour protéger le système bancaire haïtien d'une crise systémique. Après ce qui s'est passé avec les coopératives financières, la Banque centrale a beaucoup incité la BNC à faire l'acquisition des actifs et passifs de la Socabank » eut à dire Guiteau Toussaint en 2009.

La BNC fit l'acquisition de la SocaBank, une banque en difficulté. La Soca présentait un avoir net négatif de 1.5 milliard de gourdes. Cette transaction a été faite dans une perspective de sauvetage du système financier et de protection de l'avoir des déposants.

L'un des axes majeurs de la restructuration de la BNC a été les ressources humaines tant du point quantitatif qu'au point de vue qualitatif. La banque fonctionnait avec un effectif de plus de 800 employés en 1999 alors que des études démontraient qu'elle pouvait fonctionner très facilement avec un effectif de 350 à 400 employés. Il fallait réduire la taille de cette institution en accordant certains avantages aux partants.

« Ce que nous avons fait. Et pour compléter l'effectif, on a fait appel à des consultants, à des ressources beaucoup plus jeunes et dynamiques avec un nouvel esprit orienté client. Comme je le dis toujours, ce dernier est la raison d'être de la banque», argumenta Toussaint lors de cet entretien.

« Il nous a fallu beaucoup de temps pour mettre ce nouvel esprit dans la tête de tout un chacun à savoir que la banque existe parce que le client y vient. Nous avons fait le travail, mais ce n'est pas encore gagné à cent pour cent. Il faut continuellement le faire avec les nouveaux qui arrivent, leur inculquer cet esprit et faire en sorte qu'ils puissent fournir un service de qualité aux clients qui arrivent. »

Interroger sur la vision de celui qui conseil après conseil été resté en poste à la tête de la BNC pour un des plus long règne au sein de cette institution née de la scission de la Banque Nationale de la République d'Haïti en BRH, la banque centrale et la BNC une banque commerciale, Guiteau Toussaint déclara :

« Pour diriger une institution comme la BNC, il faut aussi avoir de la vision. Une vision c'est comme un rêve auquel nous donnons un délai. Notre vision est de faire de la BNC une des banques les mieux cotées de la place en termes de services bancaires. Cette banque doit continuer à créer de la valeur pour son propriétaire et pour la communauté. Elle doit être une banque efficace et efficiente au service de la communauté et orientée vers la promotion de l'économie nationale. C'est notre vision de la banque et c'est cette vision qui, chaque jour, chaque mois, chaque année, défile continuellement devant nous dans notre travail. »

Frantz Duval
Avec l'aide de Gary L. Cyprien

Sunday, June 12, 2011

Note de Presse de LFHH relative à la Déclaration de Patrimoine

Note de Presse de LFHH relative à la Déclaration de Patrimoine.

La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH)

Pétion-Ville, Haïti, le 10 juin 2011 – La Fondation Héritage pour Haïti (LFHH), section haïtienne de Transparency International (TI) rappelle que la loi portant sur la Déclaration de Patrimoine, datée du 18 février 2008, publiée dans Le Moniteur No. 17 du 20 février 2008 oblige certaines catégories de personnalités politiques, de fonctionnaires et autres agents publics à faire la déclaration de leur patrimoine dans un délai de trente (30) jours après leur entrée en fonction et trente (30) jours après la fin de leur mandat. Cette déclaration comprend l’ensemble des biens meubles et immeubles incluant les dettes hypothécaires, les dettes personnelles et tous autres engagements.

LFHH estime que l’application de ces dispositions légales rentre dans le cadre des dispositions régissant un état démocratique et contribue à une meilleure gouvernance. Dans la présente conjoncture de passation de pouvoir suite à l’investiture d’un nouveau Chef d’Etat et à la formation en cours d’un nouveau gouvernement, LFHH juge opportun d’encourager les membres du gouvernement sortant, les anciens parlementaires qui n’ont pas été reconduits, les nouveaux élus (Président, députés et sénateurs) et tous les fonctionnaires et autres agents publics concernés à se conformer à la loi.

Les personnalités politiques, fonctionnaires et autres agents publics tenus de faire la déclaration de patrimoine sont indiqués à l’article 7 de la loi portant sur la Déclaration de Patrimoine. Conformément aux articles 3 à 6 de ladite loi, la déclaration de patrimoine doit se faire au greffe du Tribunal de Première Instance du domicile du ou de la déclarant (e), et l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) est chargée de collecter dans les greffes des différentes juridictions du pays les informations fournies par les déclarants (es), de les traiter en vue de la création d’une base de données dont elle a la garde et le contrôle, et qu’elle analyse aux fins d’enquête en cas de soupçon d’enrichissement illicite ou de tout autre acte de corruption.

LFHH exhorte l’ULCC à veiller à la stricte application de ladite loi et à adopter les mesures appropriées prévues en cas de constat de défaut de déclaration de patrimoine, conformément aux dispositions des articles 16 à 19 de la loi portant sur la Déclaration de Patrimoine.
LFHH souhaite que les dispositions de ladite loi, notamment les délais prévus, soient respectées en vue de garantir la transparence de la vie politique et administrative et protéger le patrimoine public de l’Etat, tout en préservant la dignité de ces personnalités politiques, fonctionnaires et autres agents publics qui y sont assujettis.

La Fondation Héritage pour Haïti

Section haïtienne de Transparency International