Tuesday, August 18, 2015

Haiti's CEP sanctions 14 for election-related violence

Haiti's CEP has sanctioned 14 candidates for election-related violence, including former deputy Arnel Bélizaire for opening fire with an automatic weapon in the vicinity of a voting centre in Cité Soleil's Drouillard quarter.

Read their statement in full here

Sunday, July 19, 2015

Could the gangs of Port-au-Prince form a pact to revitalise Haiti's capital?

Could the gangs of Port-au-Prince form a pact to revitalise Haiti's capital?

Haiti’s leaders have long made use of armed groups to impose their will in the streets of vibrant but derelict Port-Au-Prince, offering precious little in return. Now some of those communities may have had enough 

in Port-au-Prince

Tuesday 14 July 2015 12.01 BST

The Guardian

(Read the original article here

Sitting inside the Day-Glo-coloured nightclub that he runs on a hillside speckled with squat cement houses, Christla Chery, 32, pushes his baseball cap back on his head and outlines his community’s problems.

“We don’t have water, we don’t have electricity, we don’t have anything here. The state is completely absent from this neighbourhood,” he says, as the Caribbean winds clatter over the zinc roof. “This is a prison where we are deprived of our liberty. We would like the freedom of every person here to enter society.”

The neighbourhood of Ti Bois, where Chery has his nightclub, wraps like a necklace around the southern hills of Port-au-Prince, Haiti’s capital. From this remove, the city pulses below: a nearly silent tableau of the tumbling azure ocean, curling smoke rising from burning garbage and thousands upon thousands of cars.

Though many refer to Chery and his compatriots as gang leaders, they have a different perception of themselves and their armed followers, whom they refer to as the baz – the base of the neighbourhood. Chery and his men enact a role that falls somewhere between political pressure group, warlord and tax collector, gathering tolls from the various supply trucks that pass along the narrow lanes.

The baz within Martissant – the larger neighbourhood of which Ti Bois is part – have often been in conflict among themselves. Despite being in a strategic location in the city – it overlooks the main road to the south of the country – Martissant was offered precious little by the state, even before the country’s devastating January 2010 earthquake. The baz have functioned in that power vacuum for years as a kind of de facto community government. Now, with Haitian elections scheduled for this year, the various baz are working to maintain a tense peace between themselves.

Haiti’s leaders have made use of armed groups, some quasi-regular and some not, to impose their will in Port-au-Prince virtually since the country’s founding. The history of the capital city has in part been the history of the fighting between these groups. Now that may be changing. “For years, [the politicians] would ask us to burn tyres, to cause disorder … but there was no development,” Chery says. “And we don’t want that anymore.”

Among those trying to facilitate a peaceful coexistence between the various baz in the city is the Lakou Lapè (the name means “peaceful community” in Creole). The two-year-old group has a mission to promote a culture of non-violence and dialogue.

“It’s like three steps forward, two steps backward,” says Louis Henri-Mars, Lakou Lapè’s executive director and the grandson of Haitian author Jean Price-Mars, one of the founders of the négritude movement of black consciousness. “But we know it takes time. Change comes from positive encounters and relationships that make positive connections happen. They allow you to get a different world view to come out of the craziness you’ve been living in.”

Under Faustin Soulouque, who crowned himself emperor and ruled Haiti from 1849 to 1859, the armed groups supporting him were referred to as zinglin. Around the same time, the peasant backers of the renegade general Louis-Jean-Jacques Acaau in the south of the country were referred to as l’armée souffrante (the suffering army). Haitian dictator François “Papa Doc” Duvalier, who ruled from 1957 until his death in 1971, formed the denim-clad Tontons Macoutes, a kind of shock troop with the dual purpose of repressing dissent and insulating him from an army coup such as those that had ousted his predecessors. His son, Jean-Claude “Baby Doc” Duvalier, inherited the Macoute system when he became president as a morbidly obese 19-year-old. Duvalier the younger was overthrown in 1986, returned to Haiti in 2011 and died peacefully there last year, having never answered for his crimes (of which those committed through the Macoutes were only part). Under Jean-Bertrand Aristide, who has the unique distinction of being overthrown not once but twice, the (often quite young) gunmen tasked with protecting the regime were called chimère, after a mythical fire-breathing demon.

As much as the better-known slum of Cité Soleil, Martissant has always been a redoubt of such paramilitaries. Roger Lafontant, a feared Macoute leader who died during the 1991 coup against Aristide, formed an armed group that operated in the area in the late 1980s. Later, the most powerful gang in Martissant was run by Felix “Don Féfé” Bien-Aimé, an Aristide loyalist who orchestrated the murder of at least 13 people in the neighbouring Fort Mercredi district, after which he was nevertheless awarded a patronage job as the director of Port-au-Prince’s main cemetery. He was himself later “disappeared” by the police.

Since 2004, an ever-shifting panoply of groups have occupied the various zones of Martissant – Ti Bois, Grand Ravine, Descayettes and 2eme Avenue. One group, the Lame Ti Manchèt (or L’armée des Petites Machettes, the Little Machete Army), was affiliated with rogue elements of the national police. Another of the largest Grand Ravine gangs was run by Dymsley “Ti Lou” Milien, who broke out of jail after being arrested for his alleged role in the 2000 murder of Haiti’s most prominent journalist, Jean Léopold Dominique. Up until recently, from a foreign mobile number, Ti Lou has regularly called his followers who listen, rapt, as a mobile phone is held aloft to transmit his words.

But relations between Ti Bois and Grand Ravine are now relatively calm, which makes many hope that Martissant can perhaps invigorate some of its long-moribund tourism industry. As hard as it may be to envision after the 2010 quake – and despite being levelled by previous earthquakes in 1751 and 1770 as well – Port-au-Prince was once thought of as one of the glorious cities of the Caribbean. Travelling to Haiti in 1929, the British author Alec Waugh wrote that Port-au-Prince was:
One of the loveliest towns in the New World … The walls of houses and the twin spires of the cathedral gleam brightly through and above deep banks of foliage … It is through wide, clean streets, through the open park of the Champs de Mars, through a town that is half a garden, that you drive out toward the hills.
Martissant itself was one of the hubs for visitors to the capital. Just a few streets below Chery’s house is the beautiful Parc de Martissant, a restful space filled with dripping vegetation and bright bird of paradise flowers. The 42-acre park has now been reclaimed by the Fondasyon Konesans Ak Libète (Fokal), a civil society group working on education, human development and economic issues.

Within the park sits the Habitation Leclerc, an early 19th-century building that was allegedly once home to Napoleon Bonaparte’s sister, Pauline, and her husband, French general Charles Leclerc, who was sent to Haiti to stamp out the slave rebellion that ultimately created the world’s first black republic. The property was eventually purchased by the American choreographer Katherine Dunham, whose 1969 autobiography, Island Possessed, remains an essential read. She turned Habitation Leclerc into a lavish hotel that attracted the jet-set, who availed themselves of nearby casinos and bars staffed by Dominican prostitutes (extraordinarily, despite fear of Aids and three decades of political upheaval, many of these bars still exist). But, by the late 1990s, the property – like some other areas of Port-au-Prince – had been overrun by gangs and squatters.

Recent restoration efforts have begun to return the gorgeous old structure to its former glory. Nor is it alone as a zone of possible rebirth. Outside of Martissant, the district of Bel-Air, which rises on the hills above a broad square that once housed Haiti’s National Palace (destroyed in the 2010 earthquake), has a rich tradition of music and art. For many years it was a centre for the production of drapo vodou, or voodoo flags, beautiful fabric-and-sequin creations bearing representations of the various Iwa (spirits). It, too, fell into disrepair and was heavily damaged in the quake, but it someday might have the potential to be a fascinating neighbourhood again.

Haiti’s current political scene, though, gives rise to concern that national politics will once again factionalise the city’s neighbourhood communities. The outgoing president, Michel Martelly – often referred to as Tèt Kale (Bald Head) – delivered a long, obscene rant against his opponents during a huge concert in the Champ de Mars plaza last month. Among those running to replace him are a senator, Moïse Jean-Charles, whose chief occupation as mayor of the northern city of Milot appeared to be bullying political opponents and journalists, and Jude Célestin, who has been accused by a now-jailed gang leader of involvement in the 2009 disappearance of another government employee. One senate candidate for Martelly’s party, Annette “Sò Anne” Auguste, is running despite being named by a judge for her own alleged role in the Jean Dominique killing.

Strange and somewhat menacing symbolism abounds in the city. Last month, supporters of excluded candidates held a suggestive mock “funeral” for Haiti’s election officials. An unseemly revisionism of the Duvalier years has also taken hold, with magazines advertising “Papa Doc Cigars” printed with the number 57 (the year of his inauguration). The election is also taking place as thousands of Haitians and Dominicans of Haitian descent are being expelled from the neighbouring Dominican Republic, which Human Rights Watch called “ongoing violations of the human right to a nationality”.
In such a context, Mario Andrésol, the head of the Police Nationale d’Haïti (PNH), the country’s national police force, from 2006 until 2012, collected 159,000 signatures to be accepted as an independent candidate for president. On a recent day, he was hosting a meeting of young activists from impoverished regions such as Bel Air and Cité Soleil at his Port-au-Prince home.

“We need to redefine ourselves as a nation, and the vision is to change a corrupted system,” says Andrésol. “We need to have institutional reinforcement. The executive, the legislative and the judiciary are supposed to be independent, but they’re not. The president has too many privileges, too many prerogatives. The president needs to understand that he’s the servant of the people.”

Meanwhile, for many of those in the capital who survived the 2010 earthquake – and were not relocated to the questionable sanctuary of some far-flung new camp – life goes on much as it did before, chache lavi (looking for life). The moto taxi drivers still stand in a line outside of the Djoumbala nightclub. The vendor women still haggle and laugh in the Pétionville market. The residents near the Stade Sylvio Cator still go about their lives in a swirl of dust and exhaust fumes and a cacophony of engines, horns and blaring music. In my old neighbourhood of Pacot, wreathed in bougainvillea and full of houses in Haiti’s distinctive gingerbread style of architecture, delicious cabrit en sauce is still on offer and groups playing Haiti’s plangent rara music still march through the streets.

Haiti’s national character – gentle, kind, good-humoured, quick-witted – stands in stark contrast to the take-no-prisoners blood sport of the country’s political culture. But, beyond the shrill ramblings of its politicians, at a certain hour of the day one is reminded of the words of Jacques Stephen Alexis, one of Haiti’s greatest writers, when he described Port-au-Prince in his 1955 book Compère Général Soleil (General Sun, My Brother):
Towards three o’clock in the afternoon the wind picked up suddenly, galloping and roaring through the city. The pelicans over the port whirled endlessly. The sea put on its fancy green dress and donned shawls of lace foam.
Looking down on the capital from Ti Bois as the setting sun lathers a honeyed light on to the surrounding mountains, one can see what he meant.

And Ti Bois, as it happens, does not appear to be the only baz that is gradually awakening to the fact that Haiti’s politicians have long used them as little more than cannon fodder, providing precious little in return as their districts sank ever-deeper into poverty.

Across town, in the popular quarter of Saint Martin, a rabble-rousing deputy in Haiti’s lower house of parliament – known for his violent background and temper – recently showed up in his constituency to seek support for his political ambitions, as he always had. Instead of finding a receptive audience, he was relieved of his weapon, his money and sent out of the neighbourhood with a message not to return.

Wednesday, July 15, 2015

Gérard Pierre-Charles & Anthony Phelps, Mexico City, 1973

Haitian author and politician Gérard Pierre-Charles signing copies of his book, Radiographie d’une dictature, with fellow author Anthony Phelps, El Parnaso de Coyoacán, Mexico City, 1973. Thanks to the Centre de recherche et de formation économique et sociale pour le développement (CRESFED) for the photo.


Sunday, July 5, 2015

Text of Speech by Haiti President Michel Martelly at CARICOM summit in Barbados

Haïti-RD/Déportations

Finalement, Martelly décèle « des signes d’une catastrophe humanitaire » 

samedi 4 juillet 2015  

Intervention du président Michel Martelly, le 3 juillet 2015, au 36e sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Caricom sur la crise migratoire entre Haïti et la République Dominicaine
Document transmis à AlterPresse

Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Mesdames, Messieurs les Ministres, 
Monsieur le Secrétaire Général de la Caricom,
Mesdames, Messieurs les Délégués,
Mesdames, Messieurs,

Je voudrais, tout d’abord, remercier l’Honorable Perry CHRISTIE, Premier Ministre des Bahamas et Président sortant de la Caricom, pour l’excellent travail qu’il a effectué au cours de son mandat. J’en profite pour saluer l’arrivée de l’Honorable Freundel STUART, Premier Ministre de la Barbade, à la présidence de la Communauté. Sachez, Monsieur le Président, que je suis à votre disposition.

Qu’il me soit permis de vous dire que ce n’est pas de gaieté de cœur que je m’adresse à cette assemblée pour parler des relations de la République d’Haïti avec la République Dominicaine.
Aujourd’hui, ces relations nous interpellent et interpellent les amis de la Caricom, compte tenu du sort qui est réservé aux haïtiens vivant en situation irrégulière en République Dominicaine.

Depuis le mercredi 17 juin 2015, date de l’échéance du Plan national de régularisation des étrangers (Pnre), mettant en application l’Arrêt 168-13 du Tribunal Constitutionnel dominicain, des milliers d’haïtiens ont rejoint les postes frontaliers haïtiano-dominicains. Si certains ont décidé de retourner volontairement en Haïti, d’autres, plus nombreux que les premiers, ont, en revanche, été arrêtés et conduits manu militari aux frontières.

Les autorités dominicaines préfèrent parler de rapatriement volontaire assisté, alors qu’il s’agit de déportations souvent violentes.

La République d’Haïti, dans le cadre de toutes les rencontres bilatérales sur les questions migratoires, n’a jamais discuté le droit souverain de la République Dominicaine de légiférer sur sa politique migratoire nationale et de prendre toutes les dispositions subséquentes concernant les étrangers, notamment les Haïtiens.

La position du gouvernement, conformément au respect des normes de Droit International Public régissant la matière, est et a toujours été d’accueillir en Haïti toute personne jouissant de la nationalité haïtienne, mais vivant en situation irrégulière, que ce soit en République Dominicaine ou dans n’importe quel autre pays.

C’est, respectueuse de ce principe et en harmonie avec les normes internationales, que la partie haïtienne, à toutes les réunions bilatérales, a invité la partie dominicaine à considérer la nécessité et l’urgence de négocier un protocole d’Accord sur le processus ou les mécanismes de rapatriement, dans le seul et unique but de respecter les droits des migrants.

Les autorités dominicaines, en utilisant tous les subterfuges possibles, ont systématiquement refusé de négocier, non seulement ledit protocole, mais encore tout autre qu’elle pourrait courtoisement présenter.

En conséquence, la partie haïtienne est en droit de considérer que le gouvernement dominicain veut effectuer les déportations, sans tenir compte des droits élémentaires des migrants haïtiens.
Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
Monsieur le Secrétaire Général de la Caricom,

Face à cette situation intolérable, la République d’Haïti lance un vibrant appel aux Etats membres de la Caricom, de l’Organisation des Etats Américains et de l’Organisation des Nations Unies, afin de porter les autorités dominicaines à traiter les ressortissants haïtiens avec dignité, en respectant leurs droits, conformément à tous les protocoles et toutes les conventions internationales et régionales existant en matière migratoire.

La communauté internationale ne peut pas se taire quand des familles nucléaires se divisent arbitrairement et que des enfants sont séparés de leurs parents et conduits à des postes frontaliers.
La communauté internationale ne peut garder le silence, lorsque des personnes, dont la force de travail a été exploitée pendant plusieurs décennies et qu’un beau jour on leur demande de débarrasser le plancher sans avoir la possibilité de toucher une pension, voir le droit à récupérer leur maigre patrimoine.

La République d’Haïti demande à la communauté internationale de soutenir la position du gouvernement dans sa tentative de souscrire un accord avec la République Dominicaine, qui respecte les droits humains des ressortissants haïtiens.

La République d’Haïti ne dispose pas de Forces armées.

Aussi fait-elle de la diplomatie sa première ligne de défense. Si dans un premier temps, elle avait privilégié l’approche bilatérale, c’est parce qu’elle avait cru en la bonne foi des autorités dominicaines à tenir leurs promesses de ne pas organiser de rapatriement massif, encore moins de violer les droits des migrants haïtiens.

Toutefois, le constat sur le terrain du nombre de déportés, que nos institutions et les agences humanitaires internationales ont pu accueillir au cours des deux dernières semaines, annonce déjà des signes d’une catastrophe humanitaire pouvant déstabiliser le pays et son économie.

Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, 
Monsieur le Secrétaire Général de la Caricom,

La République Haïti s’engage dans un processus électoral devant permettre le renouvellement de son personnel politique.

La gestion de ce processus exige calme, sérénité et clairvoyance.

Les déportations massives et indiscriminées de ressortissants haïtiens sont de nature à fragiliser le processus et saper la fragilité politique du pays.

Sur le plan économique et social, les maigres ressources, dont dispose l’Etat haïtien, ne pourront lui permettre de faire face à ces déportations massives qui risquent de mettre en danger la paix et la sécurité régionales.

La République d’Haïti renouvelle son engagement à résoudre ce conflit d’une manière pacifique conformément à l’article 33 de la Charte de l’Onu.

Cependant, elle demeure convaincue que ce drame humanitaire, auquel elle fait face avec dignité, ne manquera pas de susciter la solidarité des peuples frères et des organisations internationales, régionales et sous-régionales, comme cela a toujours été le cas dans le passé.

Je vous remercie.

Saturday, June 13, 2015

Final list of candidates for Haiti's presidency published by CEP

Publication le 12 juin 2015 de la liste définitive des 58 candidats à la présidence, dont seulement 4 femmes, agréés par le Conseil Electoral Provisoire:
 
1- ALEXANDRE JEAN BONY - CONCORDE
2- ANDRE AMOS - FURH
3- ANDRE MICHEL - PLATEFORME JISTIS
4- ANDRESOL MARIO - INDEPENDANT - 138
5- BAKER CHARLES HENRI JN MARIE - RESPE
6- BAZIN RENOLD JEAN CLAUDE - MOCHRENHA
7- BENOIT IRVENSON STEVEN - KONVIKSYON
8- BERTIN JEAN - M.U.R
9- BRETOUS JOSEPH HARRY (M) - KOPA
10- BRUNET EMMANUEL JOSEPH GEORGES (M) - PPAN
11- BRUTUS MICHEL FRED - PF
12- CEANT JEAN HENRY - RENMEN AYITI
13- CELESTIN JUDE - LAPEH
14- CHARLES JEAN HERVE - PENH
15- CORNELY JEAN RONALD - RPH
16- DALMACY KESLER- MOPANOU
17- DANIEL YVES- PKN
18- DESIR LUCKNER - MPH
19- DESRAS SIMON DIEUSEUL - PALMIS
20- DROUILLARD MARC-ARTHUR - PUN
21- DUCHENE WILLY - PRHA
22- DUPITON DANIEL - CONAPPH
23 DURANDISSE JOSEPH G. VARNEL - PPRA
24- DUROSEAU VILAIRE CLUNY- MEKSEPA
25- ETIENNE SAUVEUR PIERRE - OPL
26- FLECOURT NELSON - OLAHH BATON JENES LA
27- FLEURANT AVIOL - NOUVELLE HAITI
28- FRANCOIS LEVEL (- MUDHAH
29- GAUTIER MARIE ANTOINETTE (F) - PAC
30- GERARD DALVIUS - PADH
31- JEAN BAPTISTE ERIC - M.A.S
32- JEUNE JEAN-CHAVANNES - CANAAN
33- JN BAPTISTE CHAVANNES - KONTRAPEPLA
34- JOSEPH MAXO - RANDEVOUS
35- JOSEPH ANTOINE - DELIVRANS
36- JULIEN RENE - ADEBHA
37- KHAWLY STEEVE - BOUCLIER
38- LAROSILIERE FRESNEL - MIDH
39- LUCIEN JEPHTHÉ - PSUH
40- LUMARQUE JACKY- VERITE
41- MADISTIN SAMUEL - MOPOD
42- MAGLOIRE ROLAND - P.D.I
43- MATHURIN JEAN PALEME - PPG18
44- MOISE JEAN-CHARLES - PITIT DESSALINES
45- MOISE JOVENEL - P.H.T.K
46- MONESTIME DIONY - INDEPENDANT - 137
47- NARCISSE MARYSE - FANMI LAVALAS
48- NESTOR MICHELET - CORRECH
49- PIERRE MATHIAS - KP
50- POINCY JEAN - RESULTAT
51- POLYCARPE WESTNER - M.R.A
52- RENOIS JEAN CLARENS - UNIR-AYITI INI
53- ROY JOE MARIE JUDIE C. - REPAREN
54- SAMPEUR JACQUES - K.L.E
55- SANON JEAN CHEVALIER - P.N.C.H
56- ST JUSTE NEWTON LOUIS - FREM
57- SUPPLICE BEAUZILE EDMONDE - FUSION
58- THEAGENE JEAN WIENER - PRNH

Friday, May 8, 2015

Declaration against the exclusion of the peasantry from the political life of Haiti

DEKLARASYON KONT ESKLIZYON PEYIZAN YO NAN LAVI POLITIK PEYI A

Pòtoprens 8 Me 2015

Pati Konbit Travayè Peyizan pou Libere Ayiti, KONTRAPEPLA, pandan 3 zan ki sot pase yo, te angaje l nan yon konba pou bonjan kondisyon kreye pou eleksyon dewoule yon fason aseptab nan peyi a. Atrave travay Senatè Janti nan palmanan, malgre tout kalte zatrap, te gen kèk ti avanse ki te fèt jiskaske nou abouti nan monte yon KEP selon lespri atik 289 konstitisyon an. Malerezman, tout jefo pou anpeche palman an kraze, pou n pat tonbe nan gouvènman pa dekrè, te tòpiye pa kèk sektè ki te pito kwè sa t ap pi bon san palman.

KONTRAPEPLA, nan lespri pou anpeche peyi a plonje pi fon nan labim, patisipe ak lonè, diyite, konviksyon patriyotik, nan yon seri negosyasyon ak dòt pati politik, pou defann respè dwa gran moun pèp la ak nasyon an, pou chwazi dirijan l nan eleksyon souverèn demokratik.

Jounen jodi a, posesis elektoral la demare nan yon anbyans chire pit, konplotay, chen manje chen, ki anonse yon lese fwape jeneral. Tout engredyan divizyon ap bwase nan yon chodyè pwenn fè pa, k ap bouyi pou debouche sou yon petodyè. San ankenn jennman, nou tonbe pase lajistis anba pye, pou konsakre enpinite. N ap plezante ak nasyonalite nou san ankenn prekosyon pou konpatriyòt ak desandan nou yo ki an danje kay vwazen. Tout briganday anfantiyay sa yo ap dewoule nan bab yon fòs okipasyon k ap chache pretèks pou peze bòt li sou kou nou, imilye nou pi rèd toujou.

Se nan yon konteks frajil konsa, eleksyon sanble pwal dewoule ak yon machin elektoral ki deside miltipliye obstak pou bay pèp la yon kanpe lwen nan zafè politik peyi a.

Jan KONTRRAPEPLA te afime l nan Kongrè Ench lan sou plas Chalmay Perat 1er me a, li pa vin nan eleksyon pou alimante kawo nan sosyete a. KONTRAPEPLA pa vin goumen non plis pou rès moso gato rasi nan festen anteman leta kadav la. KONTRAPEPLA vin fè tande yon lòt diskou, endike yon lòt vizyon, nan prezante Pwojè Peyzan an kòm altènativ pou soti nan kriz la. Se pou sa KONTRAPEPLA pap aksepte yo kontinye politik esklizyon pèp peyizan nan lavi politik peyi a, jan sa ap fèt nan posesis elektoral la.

Yon lòt fwa ankò, KONTRAPEPLA oblije denonse sitiyasyon ekslizyon peyizan yo nan lavi politik peyi a. Malgre se yo ki pote chay ekonomi nasyon an prèske pou kò yo, depi plis pase desan lane, sosyete a pa janm rekonèt veritab wòl poto mitan gason ak fanm peyizan yo. Yo toujou konsidere yo kòm moun andeyò sosyete a.

Nan moman kote kapasite rezistans peyizan yo prèske fin febli, ak nan moman peyizan chwazi chemen eleksyon pou manifeste yo sou sèn politik la, reskonsab Leta yo kontinye aplike politik diskriminatwa kont 75% popilasyon an ki se peyizan.
KONTRAPEPLA denonse sa ki sanble yon manèv pou anpeche peyizan kapab kandida ak vote san difikilte :

1. Lè yo ekzije tout kandida yo antre Pòtoprens vin chèche ekstrè achiv.

2. Lè lapolis ap fè peye pou papye rekonesans dekrè lwa elektoral la mande.

3. Lè reskonsab tribinal yo mande lajan yo vle pou sètifika yo.

4. Lè DGI ap mande peyizan yo peye yon pakèt lajan kòm enpo sou revni. Sa varye ant 11 mil goud ak 35 mil goud, selon volonte ajan DGI a.

5. Lè dekrè lwa elektoral la prevwa sèlman 2 sant vòt pa seksyon kominal, epi ogmante selon volonte

KEP a, alòske menm seksyon kominal ki pi piti a ta bezwen omwens 4 sant vòt
KONTRAPEPLA ap kanpe mobilize pou anpeche peyizan yo viktim yon lòt fwa ankò, aloske se yo ki pote byen wo flambo respè diyite nasyon an. Se yo ki kenbe byen vivan yon filozofi ak yon modèl lavi kòm repons pou nou soti nan sistèm briganday gaspiyay k ap kale mizè ak dezolasyon sou planèt la.

KONTRAPEPLA ekzije pou Leta ak KEP a leve tout baryè ki ka bloke patisipasyon peyizan yo nan lavi politik peyi a, an patikilye nan eleksyon k ap vini yo.

KONTRAPEPLA, ògan politik yon pwojè peyizan, ap lanse yon apèl bay tout sektè nan sosyete a ki kwè nan avni peyi a, kòm nasyon lib e ki rekonèt wòl istorik peyizan yo jwe nan tout gran moman nan lavi peyi a. Nou pa andwa kite twaka popilasyon peyi a ki se peyizan pou kont yo nan batay sa. Peyizan yo ap pot labanyè nan yon batay kont enjistis, kont eksplwatasyon, kont briganday ak gaspiyay pou sove espas fizik peyi a, defann souverènte nasyon an nan tout domèn ak libète tout sitwayen alawonnbadè.

POU YON PEP LIB NAN YON PEYI GRAN MOUN.

POU KONTRAPEPLA.

______________________________
Jean William JEANTY
Kòdonatè Nasyonal

____________________ _________________________
Philfrant ST NARE

Thursday, March 19, 2015

RNDDH report on alleged corruption of Haiti judge Nonie H. Mathieu

Le RNDDH exige la démission et la mise en examen de l'ex-Présidente Me Nonie H. Mathieu

18 mars 2015

Introduction

Depuis plusieurs années, Haïti croule sous le poids de la corruption. Toutes les institutions étatiques sont indexées et les maigres ressources du pays considéré comme étant le plus pauvre de l’hémisphère, sont trop souvent gaspillées. Pourtant, les autorités étatiques n'ont jamais cessé d'affirmer leur volonté de combattre ce phénomène qui, aujourd'hui plus que jamais, prend de l'ampleur et touche toutes les institutions publiques, sans distinction aucune.

Le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) a toujours prêté une attention particulière à la problématique et se propose de partager avec tous ceux que la question intéresse, ce rapport, portant sur un cas avéré de corruption dans lequel est impliquée Me Nonie H. Mathieu, l'ex-Présidente de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (SC/CA).

    •    Création d'outils pour combattre la corruption

    •    Création de la CSC/CA

La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) a été créée en vue de lutter contre la corruption.

Elle est une institution autonome prévue par les articles 200 et suivants de la Constitution Haïtienne en vigueur. Selon l'article 200, «La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est une juridiction financière, administrative, indépendante et autonome. Elle est chargée du contrôle administratif et juridictionnel des recettes et des dépenses de l'Etat, de la vérification de la comptabilité des entreprises d'Etat ainsi que de celles des collectivités territoriales». 

Les dix (10) conseillers de la CSC/CA sont élus par le Sénat de la République. Composée de deux (2) sections, savoir, la section du contrôle financier et la section du contentieux administratif, la CSC/CA connait des litiges mettant en cause l'Etat et les Collectivités Territoriales, l'administration et les fonctionnaires publics, les services publics et les administrés. De plus, la CSC/CA est appelée à participer à l'élaboration du budget de l'Etat. Elle est aussi consultée sur toutes les questions relatives à la législation sur les finances publiques et sur tous les projets de contrat, accord et convention à caractère financier et commercial auxquels l'Etat est partie.

    •    Création de l'ULCC et de l'UCREF

Au fil des années, la CSC/CA s'est montrée incapable à faire face à ses nombreuses responsabilités. Face à l'échec de cette Cour, des bailleurs de fonds internationaux ont forcé la main à Haïti pour la mise en place d’autres structures appelées à contribuer à la lutte contre la corruption telles que : l’Unité de lutte contre la corruption (l’ULCC), l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (l’UCREF), et la Commission Nationale des Marchés Publics (CNMP).
En effet, à la faveur de l'article 3.1.1 de la Loi du 21 février 2001, parue dans le Moniteur # 30 du jeudi 5 avril 2001, l'Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) est créée. Elle est placée sous l'autorité du Comité National de Lutte contre le Blanchiment des Avoirs (CLNBA).

De plus, le 8 septembre 2004, l'Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) est créée, à la faveur du décret y relatif, paru dans le Moniteur # 61 du lundi 13 septembre 2004. 

    •    Arsenal juridique contre la corruption

Parallèlement, Haïti a adopté un arsenal juridique lui permettant de lutter contre la corruption. Au moins deux (2) Conventions, dont l'une régionale, et l'autre internationale ont été ratifiées. Il s'agit de :

    •    La Convention Interaméricaine de Lutte Contre la Corruption ratifiée par Haïti en date du 19 décembre 2000. De plus, le 9 décembre 2010, Haïti a adhéré au mécanisme d’examen de l’application de la CICC.

    •    La Convention des Nations-Unies Contre la Corruption, ratifiée par Haïti par décret en date du 14 mai 2007.

De plus, au moins trois (3) Lois ont été votées et sont actuellement en vigueur. Il s'agit de :

    •    La loi du 9 août 2007 portant Déclaration de Patrimoine par Certaines Catégories de Personnalités Politiques, de Fonctionnaires et Autres Agents Publics pour mieux lutter contre l’enrichissement illicite. Cette loi vise à garantir la transparence de la vie politique et administrative et à protéger le patrimoine public de l’Etat, tout en préservant la dignité de ces personnalités, fonctionnaires et autres agents publics ;

    •    La loi fixant les Règles Générales relatives aux Marchés Publics et aux Conventions de Concession d’Ouvrage de Service Public du 4 juin 2009 ; elle s’inscrit dans la perspective de mise en place de procédures financières crédibles et transparentes susceptibles de favoriser la bonne gouvernance et le développement durable ;

    •    La Loi portant Prévention et Répression de la Corruption du 12 mars 2014 visant à instituer la responsabilité, la transparence, la probité et l’éthique en principe de gestion de la chose publique et des activités économiques, commerciales et financières de tous les secteurs de la vie nationale ;

    •    Des faits de détournement et de corruption reprochés à l’ex-Présidente de la Cour, Me Nonie H. Mathieu

Les 11 janvier 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 027 reçue par Mme Marie Yolène Mertyl),  28 février 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 030 reçue par Mme Marie Yolène Mertyl), 1er avril 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 033 reçue par Mme Marie Yolène Mertyl), 2 mai 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 034 reçue par Mme Marie Yolène Mertyl), Me Nonie Mathieu, alors présidente en exercice de la Cour, s’est adressée à la America Supplies Distribution (A.S.D) représentée par sa Directrice, Mme Marie Yolène Mertyl, pour l’octroi de crédits pour l’acquisition de matériels de bureau.

Parallèlement, les 30 octobre 2012 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 024 reçue par Mme Ruth F. Hyppolite), 29 novembre 2012 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 026 reçue par Mme Ruth F. Hyppolite)  21 janvier 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 031 reçue par Mme Ruth F. Hyppolite), 7 mars 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 032 reçue par Mme Ruth F. Hyppolite) 22 mars 2013 (correspondance du Bureau du Président du CSC/CA – No 032 reçue par Mme Ruth F. Hyppolite), la présidente de la Cour s’est adressée au responsable de Professional Services and Decor pour l’octroi de crédits pour l’acquisition de matériels informatiques ;

Les 30 novembre 2012 (Proforma/ Facture : ASD001), 15 janvier 2013 (Proforma/ Facture : ASD002), 4 mars 2013 (Proforma/ Facture : ASD003), 2 avril 2013(Proforma/ Facture : ASD004), 6 mai 2013 (Proforma/ Facture : ASD005) la dame Marie Yolène Mertyl a signé des fiches de livraison des matériels commandés à la America Supplies Distribution qui seraient reçus à la CSC/CA par une personne ayant apposé un paraphe.

Les 5 novembre 2012 (Facture # 1), 23 janvier 2013 ( Facture # 3), 11 mars 2013 ( Facture # 5),  25 mars 2013 (Facture # 6), la Professionnal Services And Decor a signé (signature illisible) des fiches de livraison des matériels commandés qui seraient reçus à la CSC/CA par une personne ayant apposé un paraphe.

Les 26 août et 21 octobre 2013, la directrice de l’entreprise America Supplies Distribution (ASD), Mme Marie Yolène Mertyl s’est adressée à la Présidente de la CSC/CA, Me Nonie Mathieu pour se plaindre du fait que plus de cinq (5) à onze (11) mois après la livraison des matériels vendus à crédit à la CSCCA, cette dernière n’a toujours pas soldé son compte avec son entreprise, ce qui est de nature à créer à la ASD de grands préjudices de fonctionnement et qui a fait augmenter des frais financiers auprès de ses créanciers.

Le 7 novembre 2013  par correspondance du Bureau du Président de la CSC/CA (ref. BP CSC/CA / 13-14, No. 036), Me Nonie H. Mathieu s’adressa au Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Wilson Laleau pour lui demander d’autoriser le Département de la Dette Publique à payer pour la CSC/CA deux (2) bordereaux totalisant un montant de trente-sept millions cent mille (37,500,000.00) gourdes au profit de America Supplies Distribution pour les matériels et fournitures de bureau et au profit de Professionnal Services and Decor pour les matériels informatiques et électroniques en raison du fait que le budget de la Cour ne lui permet pas d’honorer ces dettes. 

A cette correspondance de la Présidente de la Cour sont annexées les pièces suivantes :

    •    Demande de crédit adressée aux entreprises ;
    •    Fiches des différentes livraisons ;
    •    Factures ;
    •    correspondances ;
    •    Copies de demande de paiement ;
    •    Patente des entreprises.

La nouvelle administration de la Cour a sollicité de la Direction Administrative, l’inventaire des biens meubles de la Cour conformément aux dispositions de l’article 6 du décret du 7 septembre 1950 portant création du service d’inventaire et de contrôle des biens de l’Etat qui dispose : «Tout fonctionnaire ou employé public préposé, à un titre quelconque, à la garde du mobilier de l’Etat, est tenu d’en dresser inventaire complet et sincère, au moment d’entrer en charge comme à la cessation de ses fonctions ».

En juin 2014, le rapport d’inventaire révèle que les matériels achetés et payés par l’Etat pour le montant de trente-sept millions cinq cent mille (37.500.000) gourdes n’ont, en réalité, jamais été livrés. Donc les fiches de livraison communiquées par Me Nonie H. Mathieu au Ministère de l'Economie et des Finances pour le déblocage de ces fonds sont totalement fausses, les dames Marie Yolène Mertyl de America Supplies Distribution et Ruth F. Hypollite de Professionnal Services and Decor n’ont fait que contribuer à une opération de corruption.

    •    Les matériels achetés par l'ex-présidente Nonie Mathieu

Le RNDDH juge opportun de partager les informations relatives à certains des achats réalisés par l'ex-présidente Nonie H. Mathieu et retracés par l'organisation. En effet, la CSC/CA a acheté de America Supplies Distribution au moins les matériels suivants :

    •    Deux cent soixante dix-huit (278) chaises
    •    Trente-quatre (34) fauteuils
    •    Trente (30) classeurs
    •    Quatre-vingt-un (81) bureaux
    •    Douze (12) ordinateurs
    •    Douze (12) imprimantes
    •    Douze(12) Flash Driver USB
    •    Des logiciels
    •    Douze (12) tables
    •    Huit (8) séparateurs

Ces matériels ont été commandés pour être livrés au service inventaire, au service technique, aux bureaux des Consultants, au service courrier, à la réception, aux Ressources Humaines, aux Archives, à l'Infirmerie, à l'approvisionnement, au Greffe, à la Direction de Contrôle et aux Recettes Publiques.

De plus, la CSC/CA a acheté de Professional Services and Decor, au moins les matériels suivants :

    •    Cinquante-sept (57) ordinateurs
    •    Cinquante-six (56) imprimantes
    •    Huit (8) appareils d'empreinte digitale
    •    Quarante-deux (42) Flash Drive USB 16 GB
    •    Des antivirus


    •    Des complices de Nonie Mathieu

L’opération de Me Nonie H. Mathieu pour le détournement de ces trente-sept millions cinq cent mille (37.500.000) gourdes n’aurait jamais été possible sans la complicité active ou passive d’autres personnes que la justice devra identifier et sanctionner, dont notamment :

    •    Le directeur de la Direction Administrative de la Cour

Au moment des faits, Me Hansy Latortue était directeur administratif de la Cour. C’est un fonctionnaire qui a des comptes à rendre dans le cadre de cette affaire car, dans aucune administration, l'acquisition de matériels pour un tel montant ne peut être effectuée sur la base d’un seul pro-forma. Il lui faudra donc répondre du rôle qu'il a joué pour rendre ce détournement possible.

    •    Les entreprises

Les entreprises America Supplies Distribution (ASD) représentée par Marie Yolène Mertyl et Professional Services and Decor représentée par la dame Ruth F. Hyppolite ont clairement servi de paravent pour faciliter cet acte de corruption. Ceci tombe sous le coup de la Loi du 12 mars 2014 portant Prévention et Répression de la Corruption. Tout laisse supposer qu’il s’agit d’entreprises bidon pour les raisons suivantes :

    •    La America Supplies Distribution (ASD) utilise une feuille à entête avec pour adresse Rue Capois # 94, Port-au-Prince, avec pour numéro de téléphone de contact le 4309-6283. Pourtant sa patente porte l’adresse 458, Delmas 58. Cependant, aucune adresse à la Rue Capois, ne porte le nom de l'entreprise America Supplies Distribution (ASD). L'espace qui semblerait être le numéro 94, accueille un garage et un petit restaurant. A l'adresse 458, Delmas 58 se trouve non pas l'entreprise America Supplies Distribution mais le Satellite Resto Club.

    •    La Professionnal Services and Decor utilise comme adresse : 462 Autoroute de Delmas, Delmas 58, Building Lucky Plaza. Ce plaza compte les institutions suivantes :  Collection Look, Lucky International Fondation, L'Air du Temps Salon de Beauté, Stephanie's Palace et Professionnal Services and Decor.  Cependant, au moment de la visite du RNDDH, aucun employé, pas plus que le propriétaire n'étaient présents. Quelques personnes rencontrées sur les lieux ont affirmé qu'il s'agit d'une entreprise spécialisée dans la décoration et l'agencement des fleurs.

    •    L’analyse du pro-forma permet de relever des cas de surfacturation. Par exemple, un mini réfrigérateur qui se vendait à l’époque sur le marché à près de huit mille (8.000) gourdes est facturé vingt-neuf mille (29.000) gourdes, soit près de quatre (4) fois le montant réel. Il en est de même pour les ordinateurs, les imprimantes, les bureaux, les chaises, etc.

    •    Les informations recueillies à la Direction Générale des Impôts (DGI) laissent supposer qu’il s’agit d’entreprises créées de toute pièce pour les besoins de la cause. A titre d’exemples :

    •    Une entreprise apte à livrer autant de matériels informatiques et de matériels de bureau telle que America Supplies Distribution a payé, pour les exercices 2009-2010, 2010-2011, 2011-2012, 2012-2013, la somme de mille (1000) gourdes par mois à titre de Taxe sur Chiffre d'Affaires Intérieur. Ce montant n'a jamais varié d’un mois à un autre pendant ces quatre (4) exercices fiscaux ;

    •    Le Secrétariat de la Présidence de la Cour

La gestion des courriers relatifs à ce dossier est faite par le secrétariat de la présidence de la Cour. Il y a lieu de déterminer les implications dudit secrétariat dans les échanges de correspondances pour un dossier totalement imaginaire dont l’objectif était clairement de soutirer de l’argent des caisses de l’Etat à des fins personnelles.

    •    La Direction du Contrôle Financier du Ministère de l’Economie et des Finances

C’est à la Direction du Contrôle Financier du Ministère de l’Economie et des Finances qu’il revient de vérifier la régularité des achats publics avant d’autoriser le paiement. Il est inimaginable qu'un tel dossier puisse bénéficier de l’aval de la Direction du Contrôle Financier du Ministère de l’Economie et des Finances car aucun quitus fiscal de la DGI n’est versé dans le dossier des entreprises. De plus, des cas évidents de surfacturation sont multiples dans les factures soumises. Un seul pro-forma est communiqué à chaque fois pour des montants si importants.

    •    Des sanctions prévues par la loi et des mesures urgentes à prendre pour protéger les droits de l’Etat.-

La loi du 12 mars 2014 définit la corruption en ces termes : « La corruption s'entend de tout abus ou de toute utilisation faite à son profit ou pour autrui, de sa fonction ou de son occupation par les personnes visées à l'article 2 de la présente Loi au détriment de l'Etat, d'un organisme autonome, d'une institution indépendante, d'une collectivité territoriale, d'une organisation non gouvernementale ou d'une fondation bénéficiant d'une subvention publique, d'une entreprise privée avec participation de l'Etat. ».

L’article 5 de ladite loi liste les actes de corruption en ces termes : « Sont considérés comme actes de corruption au regard de la présente loi les faits suivants : la concussion, l'enrichissement illicite, le blanchiment du produit du crime, le détournement de biens publics, l'abus de fonction, le pot-de-vin, les commissions illicites, la surfacturation, le trafic d'influence, le népotisme, le délit d'initié, la passation illégale de marchés publics, la prise illicite d'intérêts, l'abus de biens sociaux, l'abus de fonction et tous autres actes qualifiés comme tels par la loi. »

Les articles 5.2, 5.3, 5.4, 5.5, 5.8 et 5.12 traitant de l’enrichissement illicite, du blanchiment du produit du crime, du détournement de biens publics, de l’abus de fonction, de la surfacturation et de la passation illégale de marché public stipulent ce qui suit :

5.2 « Toute personnalité politique, tout agent public, tout fonctionnaire, tout magistrat ou tout membre de la force publique qui ne peut raisonnablement justifier une augmentation disproportionnée de son patrimoine par rapport à ses revenus légitimes est coupable d'enrichissement illicite.

Ce fait est puni de la réclusion et d'une amende représentant le double de la valeur de cette disproportion sans préjudice des sanctions pécuniaires prévues en matière fiscale

Toute personne reconnue coupable du recel d'enrichissement illicite ou du produit de l'enrichissement illicite est condamnée aux mêmes peines que l'auteur. »

5.3 «Toute personne physique u toute personne morale qui se sera rendue coupable de blanchiment du produit du crime en facilitant, par tout moyen, la justification mensongère de l'origine des biens ou des revenus de l'auteur d'un acte de corruption ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect ou en apportant un concours à une opération de placement ou de dissimulation ou de conversion du produit de cet acte sera punie des peines prévues par la loi sur le blanchiment des capitaux. » 

5.4 «Toute personne qui aura détourné à des fins autres que leur affectation, pour son usage personnel ou pour celui d'un tiers, un bien quelconque appartenant à l'Etat, à une collectivité territoriale, à une institution indépendante ou à un organisme autonome, qui les aurait reçus en dépôt, en gestion ou pour toute autre cause en raison de sa fonction, est condamnée à la réclusion, à la restitution du bien ainsi détourné et à une amende égale au triple de la valeur du bien détourné.»

5.5 : «L'abus de fonction est le fait par un agent public d'abuser de ses fonctions ou de son poste, c'est-à-dire, d'accomplir, dans l'exercice de ses fonctions, un acte en violation des lois afin d'obtenir un avantage indu pour lui-même, une autre personne ou une entité.»

5.8 « Tout fonctionnaire, tout agent public, ou tout représentant de l'Etat qui procède ou fait procéder à la facturation, pour un montant plus élevé que le coût réel, d'un bien ou d'un service à acquérir pour le compte de l'Etat, ou d'une entité de l'administration publique nationale, d'un organisme autonome ou d'une collectivité territoriale est coupable du crime de surfacturation et est punie de la réclusion et d'une amende de cent cinquante mille à deux cent cinquante mille gourdes sans préjudice des sanctions prévues par la réglementation sur les marchés publics. En outre, le montant ou la valeur de la surfacturation ou du produit en résultant sera confisqué au profit de l'Etat.

Tout instigateur, tout complice de surfacturation st puni des mêmes peines que l'auteur. .»

5.12 «Quiconque attribue, approuve, conclut ou exécute délibérément un marché public en violation de la réglementation relative à la passation des marchés publics est puni de la réclusion sans préjudicie des sanctions prévues aux articles 91à 94 de la loi fixant les règles générales relatives aux marchés publics et aux conventions de concession d'ouvrage de service public.»

Compte tenu du fait que la loi prévoit de lourdes sanctions pour les auteurs et complices des actes de corruption et comme il s’agit d’un cas avéré de corruption, il y a lieu pour la justice de prendre les mesures provisoires suivantes :

    •    La mise en examen de Me Nonie Mathieu et de ses complices. Me Mathieu devra quitter son poste pour être disponible pour la justice.

    •    Il y a lieu de rapidement apposer des scellés et de mettre sous séquestre tous les biens meubles et immeubles  de Me Nonie H. Mathieu et de geler ses comptes bancaires. Car, la Loi prévoit que le coupable d’un acte de corruption doit restituer le montant détourné et payer une amende égale à trois (3) fois la valeur de la somme détournée. Me Mathieu est donc exposée à restituer à l’Etat au moins cent cinquante millions (150.000.000) gourdes.

    •    Il faut obtenir du greffe du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince les différentes déclarations de patrimoine de Me Nonie H. Mathieu pour les besoins de l’enquête. Il faut signaler que Me Mathieu jouit d’un deuxième mandat de dix (10) ans à la Cour. Elle est censée avoir fait de deux (2) déclarations pour son entrée en fonction et une déclaration à la fin de son premier mandat.

    •    Il faut étendre, conformément à la loi, les mesures provisoires  aux  complices et aux personnes liées à Me Nonie H. Mathieu.

 Ces mesures exceptionnelles sont commandées par la Loi portant sur la Déclaration de Patrimoine par Certaines Catégories de Personnalités Politiques, de Fonctionnaires et autres Agents Publics du 12 février 2008 qui considère comme « Personne liée » toute personne apparentée au déclarant par les liens du mariage, d’une union de fait, de la filiation ou de l’adoption à l’exception des enfants majeurs et désigne comme Patrimoine du déclarant l’ensemble des biens meubles et immeubles, tangibles ou intangibles appartenant au déclarant et aux Personnes liées.

Il est donc absolument nécessaire d’identifier rapidement si Mme Mathieu est mariée, si elle vit en concubinage ou si elle entretient une union de fait, aux fins d’étendre cette enquête, comme le veut la loi, à toutes ces personnes.

V.    Conclusions et Recommandations

Il ressort de tout ce qui précède que Me Nonie H. Mathieu, ex-présidente de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) est responsable  d’un cas de corruption avérée portant sur le détournement d’un montant de trente-sept millions cent mille (37.500.000) gourdes. Cela donne une idée du fondement des rumeurs laissant croire qu’à la Cour des Comptes sous l’administration de Nonie H. Mathieu, les arrêts de quitus se vendaient à des corrompus de l’administration publique. Il serait intéressant de revoir les dossiers des comptables de deniers publics analysés et tranchés sous la présidence de Nonie H. Mathieu.

Ce rapport confirme que plusieurs entités de l’administration publique et des entreprises privées sont impliquées dans ce cas de corruption. L’administration du Ministre Wilson Laleau a fait preuve d’une légèreté coupable en autorisant le paiement d’un montant si important à partir d’un dossier non conforme aux normes et aux procédures règlementant l’achat public. Il s’agit d’un dossier qui doit être traité avec rigueur aux fins de lancer un signal clair aux corrompus tant du secteur public que du secteur privé.

Par ailleurs, le RNDDH ne comprend pas qu'une telle personnalité ait pu bénéficier de la confiance du Sénat de la République pour un nouveau mandat de dix (10) ans à la CSC/CA alors que la loi prévoit que le Sénat de la République doit engager, à partir du 1er juin de chaque année, une firme de vérification et de contrôle pour auditer les comptes et les travaux de la CSC/CA. On est donc en présence d'un cas où un membre de la CSC/CA impliqué dans un cas de corruption, continue d'arrêter les comptes d'autres comptables publics.

Le RNDDH estime qu'il est regrettable qu'une institution telle que la CSC/CA, créée pour combattre la corruption, soit elle-même impliquée dans un scandale de corruption. Il est tout aussi regrettable que les deux (2) autres structures mises en place pour lutter contre ce fléau, savoir, l'UCREF et l'ULCC, soient aussi amorphes car, malgré l'existence de ces trois (3) instances, aucun cas concret de corruption n’a fait l’objet jusqu’ici de procès et de sanctions exemplaires. La CSC/CA ne joue toujours pas son rôle, pas plus que l’UCREF et l’ULCC.

Le RNDDH rappelle qu'il est important de chercher à identifier tous les complices de Nonie H. Mathieu, car la loi prévoit la même sanction pour les auteurs d’actes de corruption que pour leurs complices. De plus, le RNDDH souhaite que les nouveaux dirigeants de la CSC/CA n'aillent pas rester en si bon chemin, mais étendront leurs recherches et analyses à d’autres entités étatiques.

Enfin, le RNDDH prend acte du fait que le Parquet de Port-au-Prince, par correspondance en date du 4 mars 2015 de l’actuel Président de la CSC/CA, Monsieur Fritz Robert Saint-Paul, relative au détournement de ces trente-sept millions cinq cent mille (37.500.000) gourdes de matériels et équipements de Bureau et d’informatique acquis par cette institution au cours de l’exercice fiscal 2012-2013, est formellement saisi du dossier. Il attend, comme toute la population haïtienne, que l'action publique soit mise en mouvement rapidement dans ce cas pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire et les coupables châtiés.

Fort de ces considérations le RNDDH recommande :

    •    La démission de Me Nonie H. Mathieu de son poste de conseillère à la CSC/CA ;

    •    La mise en examen de Me Nonie H. Mathieu et de ses complices dont notamment les responsables des entreprises America Supplies Distribution (ASD) représentée par Marie Yolène Mertyl et Professional Services and Decor représentée par Ruth F. Hyppolite ;

    •    L’adoption de mesures provisoires comme l’apposition de scellés, la mise sous séquestre et le blocage des comptes bancaires, etc, sur les biens de Me Nonie H. Mathieu, sur les biens de ses complices et sur les biens de toutes personnes qui lui sont liées telles que son mari, son concubin, toute personne ayant vécu en union de fait avec elle;

    •    La conduite d’une instruction criminelle par un Magistrat crédible et compétent  afin de découvrir les dessous de cette affaire ;

    •    L’organisation d’un procès juste et équitable respectant les droits du peuple haïtien à la vérité et les droits des inculpés ;

    •    La prise de toutes les dispositions nécessaires pour permettre à l’Etat de récupérer le montant détourné et l’amende prévue par la loi, soit, au moins, cent cinquante millions (150.000.000) gourdes ;

    •    Une nouvelle analyse des dossiers de comptables de deniers publics analysés et traités sous la présidence de Nonie H. Mathieu ;

    •    L’analyse, par l’UCREF, sur les dix (10) dernières années, des comptes bancaires de Me Nonie H. Mathieu et des comptes bancaires des personnes qui lui sont liées; La publication du rapport y relatif;

    •    L’analyse, par l’ULCC, des différentes déclarations de patrimoine faites par Me Nonie H. Mathieu et la publication du rapport y relatif ;

    •    L’analyse des comptes, des livres et des opérations des entreprises America Supplies Distribution (ASD) représentée par Marie Yolène Mertyl et Professional Services and Decor représentée par Ruth F. Hyppolite ainsi que l'analyse du patrimoine de leurs responsables.