Tuesday, February 24, 2009

Populism without popularity: A note about some recent coverage of Haiti

Reading a February 17th Reuters article datelined Port-au-Prince, I was interested to note that the dispatch characterized the Fanmi Lavalas party of former Haitian President Jean-Bertrand Aristide as “the country's most popular political party.” As Fanmi Lavalas is a shadow of its former strength, riddled by internal divisions, I was wondering exactly how Reuters arrived at such a statement.

In Haiti’s 2006 parliamentary elections (the country's last nationwide ballot), Fanmi Lavalas gained only 4 seats in the country's senate, the same amount as political parties such as the Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtienne (FUSION) and the Organisation du Peuple en Lutte (OPL). By comparison, the Lespwa party of Haitian President René Préval won 11 seats. In Haiti's lower house of parliament, the Chamber of Deputies, Fanmi Lavalas failed to win a single seat in 6 of the country's 9 departments, while Lespwa won seats in all but two. and Fusion won seats in six departments. In the Chamber, Lespwa garnered a total of of 19 seats, the Alliance Démocratique (Alyans) took 13 seats and the OPL 10 seats. Fanmi Lavalas won only 6 seats.

Anyone have any thoughts on what math would thus justify referring to Fanmi Lavalas as Haiti’s “most popular political party?”

Saturday, February 14, 2009

Statement by RNDDH Executive Director Pierre Esperance on the Candidates Rejected by the Provisional Electoral Council

Statement by RNDDH Executive Director Pierre Esperance on the Candidates Rejected by the Provisional Electoral Council

Statement by RNDDH Executive Director Pierre Esperance, February 6, 2009

(Read the original statement here)

RNDDH is not completely satisfied with the list of candidates rejected by the Provisional Electoral Council (CEP). We believe that the CEP ought to always strictly follow Haitian electoral law in carrying out its duties. In our estimation, the CEP has not respected Article 94 of the electoral law, which emphasizes the requirement of ethical integrity on the part of all candidates.

According to Article 94, someone who is being pursued by the police or the courts system must be rejected as a candidate. The following two candidates were deemed eligible by the CEP for the upcoming elections:

- Moise Jean Charles, candidate for the Lespwa platform, was the leader of a group of Lavalas partisans in Cap-Haitian on April 6, 2003 when it opened fire on a crowd that was protesting the government. One Donald Julmiste was killed, and Evens Lucien was injured. Heidi Fortune, a public prosecutor at the court of first instance was hit in the head with a rock. Moise Jean Charles is also implicated in the murder of Guitz Adrien Salvant on February 15, 2004, as well as other acts of violence carried out in the North department.

- Lieutenant Emmanuel Mc Grégoire Chevry, candidate for the Central Plateau with the Fusion party, was discharged from the Haitian Army in April 1989 under the presidency of Prosper Avril for his presumed involvement in drug trafficking.

The decision of the CEP to reject all Lavalas candidates for the election is unacceptable. Electoral law does not give the CEP the right to do this. This decision will have a major impact on the credibility of the electoral process.

The technicality cited by the CEP in order to reject the Lavalas candidates is unacceptable, and clearly was not a problem in 2006 when Lavalas candidates were allowed to run. It's true that the current CEP is made up of different people, but we know they have been in contact with the Lavalas party leaders, which would not be the case if there had always been doubts about the legitimacy of the party. This decision is perceived to have political motives.

We demand that the CEP reconsider this decision and allow those Lavalas candidates who respect Article 94 to be allowed to run, and to reject those aforementioned candidates who are currently in conflict with the law.

J. Michael Dash reviews Damming the Flood: Haiti, Aristide, and the Politics of Containment

Damming the Flood: Haiti, Aristide, and the Politics of Containment
By P. Hallward. London, Verso, 2007

Reviewed by
J. Michael Dash
New York University

French Studies: A Quarterly Review
Volume 63, Number 1, January 2009

The story of post-independent Haiti is one of increasing ruin from an unequal social and economic order. Since 1804, the idea of the nation from which the elites drew their legitimacy had nothing to do with the majority of Haitians who were never consulted in any institutionalized way. Duvalierism, one of the most extreme manifestations of the
Haitian state, collapsed in 1986 when the normally passive peasantry and urban poor were roused by the message of social justice spread by the grassroots Catholic Church or ti-legliz. The ideal of democratic reform was placed for the first time within reach of the previously dispossessed masses but an economic model that linked democracy with free-trade was also ushered in. Consequently, the central paradox of today's Haiti derives from an explosive clash of a market-dominant elite and a newly empowered underclass.

Despite the sweeping title of Peter Hallward's Damming the Flood: Haiti, Aristide and the Politics of Containment, he focuses narrowly on the second term of Aristide's Presidency from 2000 to 2004. Hallward admits that, having visited Haiti only twice, the book is not the product of 'a long familiarity' with its history and culture. This is a refreshing admission as, far too often, Haiti is seen as being so odd as to be understood only by the so-called insiders or Haitians themselves. However, Hallward's narrative is not that of a disinterested outsider but reads like that of an over involved insider down to the use of Creole proverbs as epigraphs. His intention may have been to defend President Aristide against demonization but not only does his account depend heavily on the remarks of excitable party activists like Patrick Elie but he dismisses anyone who opposes Aristide as resentful, embittered schemers and instinctively distrusts the sober negative assessments of Aristide by knowledgeable scholars such as Charles Arthur and Robert Fatton.

In configuring the fall of Aristide as part of a global struggle that pits Paris and Washington against Havana and Caracas, Hallward raises his stature to that of global freedom fighter. The
reality is arguably less heroic. Before Aristide and Lavalas, there was a popular movement too for democratic reform in Haiti. The success of Rene Preval and his Lespwa party in 2006 elections is a clear demonstration that Haitian politics have moved beyond Aristide. A more
balanced book would have examined Aristide's involvement in the anti-Duvalier struggle, his lack of political skills when in power and his reliance on the principle of the big man or gwo neg in governing Haiti.

While admitting that the popular movement is no longer 'dependent on a single charismatic leader', Hallward is blindly admiring of Aristide. The interview with Aristide that ends the book serves only to reinforce this bias. Hallward's heart is in the right place but Haiti is not just another arena for the struggle between the evil guardians of international capital and a heroic local freedom fighter. One only has to read Edwidge Danticat's memoir Brother I'm dying (2007), which gives us an insider's view of Belair, which Hallward sees as a Lavalas stronghold, to see that that political chaos in Haiti creates only losers.

Nouvelle crispation politique en Haïti, sur fond de crise humanitaire

Nouvelle crispation politique en Haïti, sur fond de crise humanitaire

LE MONDE | 13.02.09


(Read the original article here)

Les principaux bailleurs de fonds d'Haïti ont exprimé leur inquiétude à la suite de l'exclusion des candidats de la Famille Lavalas, le parti de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, aux élections sénatoriales prévues le 17 avril prochain. Cette dégradation du climat politique intervient alors que la situation humanitaire demeure très précaire.

L'envolée des prix alimentaires avait provoqué des émeutes de la faim en avril 2008, puis quatre ouragans avaient dévasté cette petite République des Caraïbes où près de 80 % de la population vivent avec moins de 2 dollars par jour (1,54 euro).

Le président René Préval s'est rendu il y a quelques jours à Washington, où il a demandé à la secrétaire d'Etat Hillary Clinton une aide urgente de 100 millions de dollars (77,4 millions d'euros). Une nouvelle conférence des donateurs devrait avoir lieu en avril à Washington.

Soulignant que "la crédibilité d'une élection basée sur l'exclusion sera inévitablement mise en question", l'ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince a appelé les autorités électorales au dialogue. L'ambassadeur du Canada, l'Organisation des Etats américains, l'Union européenne et la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) ont la même préoccupation. Ces bailleurs de fonds financent plus de 70 % du coût de la consultation (16 millions de dollars), pour le renouvellement d'un tiers du Sénat.

Le Conseil électoral a rejeté 40 des 105 postulants. Parmi les exclus figurent les 16 candidats de la Famille Lavalas, mais aussi des responsables d'autres partis comme Guy Philippe. Ancien chef de la rébellion qui avait obtenu le départ en exil de Jean-Bertrand Aristide en 2004, Guy Philippe est sous le coup d'un mandat d'arrêt international émis par la justice américaine pour trafic de drogue.


Le président du Conseil électoral, Frantz Gérard Verret, s'est dit "stupéfait des commentaires inexacts et abusifs" de la communauté internationale. Il a regretté que "ces amis d'Haïti, inquiets pour le financement qu'ils se sont engagés à apporter en vue de la réalisation des élections, n'aient pas offert, à temps, leurs bons offices pour une médiation" entre les deux factions se disputant le parti de l'ancien président Aristide, exilé en Afrique du sud.

Le Conseil électoral a justifié l'exclusion des candidats de la Famille Lavalas par le fait que deux listes concurrentes avaient été déposées en son nom. Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a appelé le Conseil électoral à exclure "les individus inculpés de crimes graves ou dénoncés par la clameur publique pour éviter de transformer le Sénat en un repaire de bandits". Cette organisation a dressé une liste de neuf candidats appartenant à différents partis et impliqués dans des affaires de drogue, des crimes et des malversations. Le seul qui n'a pas été exclu est un candidat du parti présidentiel L'Espoir, Moïse Jean-Charles.

En visite à Port-au-Prince le 7 février, le ministre français de l'agriculture Michel Barnier a souhaité que tous les candidats soient "respectés et respectables", ajoutant que "toutes les sensibilités doivent pouvoir s'exprimer".

Jean-Michel Caroit

Wednesday, February 11, 2009

Lettre ouverte de la famille Robert Marcello


Lettre ouverte de la famille Marcello

Le directeur du Conseil National des Marchés Publics (CNMP), Robert Marcello, a été enlevé le 12 janvier dernier à Port-au-Prince

dimanche 8 février 2009

(Read the original article here)

« Si Bondye ba n la pawòl Se pou n kapab pale Pou n di tou sa n dwe di Depi n ap di sa ki vre San ke n pa blese pèsòn » Ansy Dérose

Depuis 24 jours nous attendons le retour d’un époux, d’un père, d’un frère, d’un oncle, d’un cousin, mais aussi d’un ami cher.

Après avoir frappé à bien des portes et sollicité nombre d’inconnus, nous avons décidé de lancer un appel à la population haïtienne entière. Au delà de ceux qui ont commandité le rapt, de ceux qui s’en réjouissent et/ou en bénéficient, nous voulons toucher les voisins du lieu où il est détenu, ceux qui ont vu ou entendu, ou ceux qui n’ont qu’un simple soupçon.

Personne ne peut se mettre à notre place. Je ne vous le demande pas. Et alors que j’écris ces lignes je perçois les limites de mon message. Les mots ne sauraient exprimer notre chagrin, nos peurs et notre désespoir. Un évènement pareil vient souligner le caractère insulaire de tout être humain : des îles qui s’effleurent

Se voir sans se toucher, Se toucher sans se voir, Se parler sans se comprendre.

Je ne vanterai pas les qualités de l’homme. Pour qui le connaît ou a collaboré avec lui, ce serait superflu. Je veux regarder au delà, à la base : l’humain. L’homme regardé de haut, incompris par certains parce qu’il traitait ses employés et collaborateurs, les plus modestes, et les habitants de l’immense bidonville qui s’étale non loin de notre propre quartier avec autant de considération que lui même. Nous, ses filles, avons été élevées ainsi. Plusieurs membres de notre famille déjà, au lieu de se lancer dans le secteur privé des affaires, ont choisi une carrière dans l’humanitaire : à grande ou petite échelle. L’intérêt que Robert porte à son prochain le rend parfois malade d’inquiétude.

Il est un poto mitan : celui sur qui on peut compter en toutes circonstances, celui qui se réjouit sans amertume du bonheur et du succès des autres, qui répète à l’envi : "Je me respecte et je respecte les autres afin de dormir tranquille le soir". Je crois qu’en bientôt 65 ans d’existence, il y a réussi.

Si un reproche peut lui être fait, c’est d’avoir, malgré son pragmatisme légendaire, été trop naïf envers l’Etat haïtien, d’avoir trop cru à la décence des uns et des autres ; d’avoir cru, même parfois par delà ses négations, qu’une autre Haïti est possible. Il croit que chacun sur cette île a droit à une vie décente. J’ai eu 25 ans le 12 Janvier 2009. Le jour du rapt : Bon Anniversaire Rose !

Jamais je n’ai pensé être un jour de ces femmes et filles qui dans des stades et sur des places publiques au Chili, en Argentine et en Espagne défilent avec une photo dans un cadre. Mais j’y suis prête. La vie m’y a préparée.

En un quart de siècle j’ai vu des soulèvements populaires, des coups d’état, des changements de régime et des morts à en perdre le décompte. Pour parodier un homme illustre, j’ai vu une dynastie dictatoriale prendre fin, un mur s’effondrer, un million d’hommes périr en un mois, un homme entrer triomphant à Pretoria, un Lider Maximo prendre sa retraite et une famille noire à la maison blanche… et tant de choses encore.

Je ne reculerai pas devant ma destinée. Si je dois passer des heures au soleil, une photo en main, je le ferai. Pas parce que j’espère en la justice haïtienne, pas pour crier réparation ou vengeance, mais tout simplement pour lui. Parce qu’il le mérite. Car si les rôles étaient inversés, cet homme aurait marché jusqu’en enfer pour nous. Je n’ai donc pas le droit d’abandonner.

Nous lutterons, nous crierons jusqu’à ce que nous ayons un dénouement.

Entre temps, deux autres drames sont venus frapper notre famille. Ma tante, après deux ans d’une lutte acharnée contre le cancer, est partie sans même savoir que son frère avait disparu. Jusqu’aux derniers moments elle demandait : "Où est Robert ? Ca fait des jours qu’il ne m’appelle pas... ». Nous procéderons aux funérailles sans Robert.

Mais je crois que nous tous, même dans notre détresse, craignons au retour de mon père la question fatale :« Comment va Gilberte ? »

Rose Marcello 5 Février 2009 Montréal, Canada